Select Page
En vrai, moi, j’aime pas les bêtes, sauf dans mon assiette. Enfin comme je suis à Puerto Madryn, à 1400 km au sud de Buenos Aires (je précise pour Enzo) mais tout près de la péninsule Valdés, classée par l’UNESCO au patrimoine naturel de l’humanité, je ne pouvais pas ne pas y aller.
Au programme, quelques heures de route à travers la pampa patagonienne, un poil monotone tout de même. 

Il faut être attentif si on veut apercevoir les animaux en liberté…

(plus difficile, la deuxième !)
A l’arrivée, on peut voir (de loin) des éléphants de mer (Note pour Antoine : seuls les mâles ont une trompe, là il n’y avait que des femelles avec leurs petits)

Un peu plus loin, des pingouins (pas beaucoup, cette colonie est toute jeune, il n’y en a qu’une cinquantaine. Mais à 200 km au sud, à Punta Tombo, il y a une colonie de plusieurs milliers de pingouins, et on peut se promener avec eux !)

Le clou du spectacle c’est la sortie en bateau pour aller observer les baleines (enfin des fois on se demande si ce ne sont pas plutôt les baleines qui viennent observer les touristes !)

A part ça Puerto Madryn est une petite ville bien agréable, de larges avenues tranquilles, tout le monde a le sourire, et ce qui ne gâte rien, la météo en cette fin novembre est au beau fixe (voire un peu trop chaud aujourd’hui, j’ai cramé sur la plage !)
Ce soir, je quitte la côte atlantique pour aller vers la cordillère des Andes : en pratique, je vais traverser la Patagonie d’Est en Ouest (encore 15h de bus !) pour arriver demain matin à San Carlos de Bariloche.