Encore un peu plus au nord de Quito se trouve la ville d’Otavalo. Particulièrement calme en semaine, Otavalo s’anime le samedi, où les marchés envahissent la ville : fruits, légumes, animaux, artisanat, on trouve tout et n’importe quoi ! Les stands d’artisanat sont les plus intéressants d’un point de vue touristique : bien entendu il ne s’agit pas de tout acheter mais simplement d’admirer l’accumulation des couleurs des hamacs, ponchos, écharpes etc. Ok, j’ai quand même acheté des petits souvenirs…

Journée plus sportive le lendemain : je pars vers les lagunas Mojandas à quelques kilomètres d’Otavalo : 3 lacs situés à 3700 m d’altitude, ça commence à faire. Et ce n’est qu’un début : pour mieux voir les lagunes, et aussi Quito et même le mont Cotopaxi (situés à près de 100 km) par temps clair, il est possible de monter au sommet du mont Fuya Fuya : c’est pas long, 2 kilomètres, mais ce qui compte c’est le dénivelé : 500 mètres, le sommet étant à 4200 mètres ! C’est parti pour 1h30 d’ascension. Au sommet quelques nuages m’empêchent de voir très clairement le Cotopaxi, mais Quito est bien visible (sauf sur la photo, cherchez pas !).

Je remets maintenant le cap au sud, toujours le long de la cordillère des Andes, donc toujours en altitude : prochaine étape, Latacunga, au coeur de la Sierra.