Toujours plus au sud, mais toujours en altitude, se trouve la ville de Cuenca. Comme à Quito, on y trouve une architecture riche, des places magnifiques et des édifices religieux (églises et cathédrales) imposants. Les rues sont pavées ce qui ajoute au charme de cette ville, plus petite que la capitale et qu’on peut facilement visiter à pied.

Côté visite, c’est très inégal : les musées ethnologiques sont très intéressants, aussi bien pour la richesse des collections de poteries et sculptures pré-colombiennes que pour les reconstitutions qui retracent la vie et les rites incas.
Les guides mentionnent aussi le site de ruines inca d’Ingapirca : là, j’avoue, même si le site n’est pas vilain, il ne vaut pas le détour à moins d’être un vrai passionné d’archéologie (5h de bus en Equateur, ça parait très long !)
Côté vie nocturne, Cuenca est tout de même très calme. J’ai passé deux soirées dans un bar restaurant très agréable : décoration chaleureuse, un coin “comme à la maison” avec canapés et cheminée, et musique “in vivo” … énergique, c’est le moins qu’on puisse dire ! Mais c’est apparemment le seul endroit qui bouge, pour une ville de 450 000 habitants c’est limite…
Non, pour faire la fête en Equateur, une seule destination : Montañita, sur la côte ! Alors là c’est tout le contraire, on ne dort jamais. J’ai essayé, un peu, mais le seul hôtel où j’ai pu trouver de la place (Montañita, c’est trèèès touristique) se trouvait juste à côté d’une boite de nuit, mais je ne me plains pas, ça m’a donné l’occasion de faire une agréable balade nocturne sur la plage…

Avant de quitter l’Equateur pour le Pérou, j’ai passé une dernière journée à Puerto Lopez, un port de pêche à quelques dizaines de kilomètres au nord de Montañita : la plage n’est pas aussi belle, mais l’ambiance est nettement plus calme, idéal pour souffler un peu avant de poursuivre mon périple !