Après cette première semaine “off the beaten track” comme on dit, je reviens dans le droit chemin : retour à Lima, et en route pour le Gringo Trail, la route vers le Sud qui passe par tous les sites incontournables. Ca me gâche un tout petit peu le séjour de trouver autant de touristes qui font tous la même chose, surtout que contrairement à tous les autres pays où je suis passé, je rencontre ici beaucoup de français. Les autres je peux les ignorer en n’écoutant pas ce qu’ils racontent mais là c’est “et vous faites quoi après ? Ah, les lignes de Nasca, superbes ! Et vous êtes allés au Machu Picchu ? C’est ma-gni-fique !!” Et sinon vous venez d’où en France ? Pas possible, ma belle-soeur habite à côté !” Grrr…
Desproges disait “quand je partage l’avis de quelqu’un, j’ai l’impression de n’avoir qu’un demi-avis.”
Bref, de Lima je suis allé à Pisco, pas vraiment pour visiter la ville (suite au tremblement de terre de 2007 il n’en reste pas grand chose : la plupart des hôtels cités dans mon guide – qui date de 2006 – n’existent plus, pareil pour les agences qui organisent les tours, sur 18 il n’en reste que 4. Mais je me suis arrêté là pour visiter d’une part les îles Ballestas (surnommées les Galapagos du pauvre !) et la réserve de Paracas. Les îles et leurs nuages de cormorans m’ont fait penser à quelque chose que j’ai déjà vu au Chili, vers Chiloe il me semble, faudrait que je fouille dans les archives mais j’ai la flemme, si quelqu’un veut bien s’y coller, d’avance merci.
Après Pisco et ces balades écolo à la découverte de la faune et la flore de la côte sud péruvienne, je change carrément d’ambiance en allant à Huacachina, près de la ville d’Ica : Huacachina, c’est une oasis au milieu d’immenses dunes de sable, et l’activité principale c’est buggy dans les dunes et sandboarding ! Alors ça, c’est rigolo !! Il y a la même chose à Natal au Brésil mais là bas je n’avais simplement pas trouvé d’où partaient les buggies (ouais oh, ça va !). A Huacachina, si, et après une petite matinée de repos après tous ces trajets en bus, j’ai passé une bonne après midi à surfer dans le sable…