Ca m’apprendra à ne pas tenir mon blog à jour, 3ème message d’affilée pour rattraper mon retard. Du coup la qualité du récit s’en ressent (un peu), mais pas celle du voyage, c’est bien là l’essentiel…
Après ce nouveau “jungle trip” j’ai retrouvé mon super hôtel de Baños, où je suis resté une journée de plus pour profiter encore un peu de ce qui est sans doute la ville la plus agréable à vivre d’Equateur. Et puis, quand même, j’ai repris la route, car tel est mon destin (“I’m a poooor lonesome castor…”). Direction Riobamba, pour ce qui devait être LA balade la plus excitante à faire en Equateur : de Riobamba part un vieux train comme on en voit dans les films sur les chercheurs d’or (ou plus près de nous, pour une pub très connue pour le café, voyez de quoi je parle ? Non, pas celle avec George, une autre).
Ce train traverse des paysages absolument sublimes, que l’on peut admirer tranquillement assis sur le toit – si, si ! – et arrive au bout de 5 heures à la Nariz del Diablo, que j’ai tout de même pu aller voir mais pas dans ces conditions : suite à des pluies diluviennes et un glissement de terrain, j’apprends en arrivant à Riobamba que “a pu train”, il faut prendre un bus, puis une sorte de train sur rail qui fait juste un petit tour d’1h30 en bout de ligne : du coup, c’est “juste” une belle balade (tout de même), on reste un peu sur sa faim…