Je suis en Bolivie depuis une semaine. J’ai quitté Puno pour Copacabana, de l’autre côté du lac Titicaca. A ce propos, les vues sur le lac sont nettement plus belles de ce côté. Il y a même une sorte de plage avec bateaux et pédalos, mais pas beaucoup de baigneurs (l’eau est à moins de 10°, ceci explique peut être cela ?)
Je suis resté une journée histoire d’avoir l’occasion d’admirer le coucher de soleil sur le lac…
Ensuite j’ai rejoint La Paz, premier contact assez rude avec ce pays : si Copacabana est relativement tranquille, La Paz est en revanche une ville épuisante : l’altitude, la pollution, les rues en pente, mieux vaut y aller doucement pour ne pas s’essoufler tous les 50 mètres !
En plus de ça la circulation est dense, les trottoirs encombrés (des trucs à vendre, tout et n’importe quoi, surtout n’importe quoi, faut imaginer les puces au niveau d’une ville, voyez ?) on se retrouve donc souvent à marcher au beau milieu de la rue, en faisant attention aux minibus qui déboulent en trombe à chaque croisement. C’est sportif quoi !
Pour m’aérer un peu j’ai fait un tour dans la Valle de la Luna, un site qui porte bien son nom, un vrai paysage lunaire à l’écart de la ville, où on peut -avec beaucoup d’imagination- reconnnaitre des “figures” comme “el sombrero de la dama” ou “el abuelo”… J’avoue que la plupart m’ont échappé, mais j’ai quand même bien apprécié ce site très particulier.
Pour m’aérer encore plus, j’ai descendu la fameuse “route de la mort” (“death road” ou “camino de la muerte”) : 64 km en VTT, 3345 mètres de descente, au bord d’un ravin de plusieurs centaines de mètres par endroit ! La première partie est asphaltée, la principale difficulté est de contrôler sa vitesse… et d’éviter les bus et les camions ! La seconde partie c’est plus un chemin qu’une route, mais heureusement il n’y a presque plus de trafic.
Nous n’étions que 3 pour faire la descente ce jour là donc on a mis le turbo (moins de 3h, au lieu des 4 ou 5h prévues). Je me suis fait quelques frayeurs au début (je n’ai pas été le seul !), et petit à petit j’ai pris confiance , le temps de me rappeler comment bien négocier les virages en VTT. La preuve, c’est que la chute a eu lieu en pleine ligne droite ah ah, mais bon pas de bobos…
Après la Paz, j’ai passé les derniers jours de la semaine dans 2 villes plus calmes, plus belles et au climat nettement plus clément : Cochabamba, surplombée par son Cristo de la Concordia dont je me demande s’il ne serait pas un tout petit peu plus grand que le Corcovado de Rio, à vérifier ;
… et enfin Sucre, la ville blanche (une de plus, chaque pays a la sienne en fait, tiens, celui qui peut me rappeler le nom des “ciudades blancas” que j’ai déjà visité gagne son poids en ce qu’il veut ! Qui a dit en poudre blanche ? JP je parie ?
Ce matin j’ai fait un tour au marché de Tarabuco, marché d’artisanat haut en couleur, mais un peu décevant, je m’attendais à quelque chose de plus spectaculaire (dans le même genre j’ai nettement préféré le marché d’Otavalo en Equateur)