Select Page
Le Venezuela est un pays de merde. Ok la nature est belle, mais ce qui gâche vraiment le voyage c’est l’insécurité omniprésente. Entre les avertissements des locaux – n’allez pas par ici, n’allez par là, ne sortez pas la nuit (et ici, la nuit tombe à 18h30), etc. – et le fait que tout le monde vit derrière des grilles (commerces, hôtels) on ne se sent franchement pas rassurés. Les gens sont très moyennement aimables et n’ont clairement aucun sens du service. Accessoirement, on a un peu joué de malchance (doux euphémisme), vu que :
– j’ai chopé une bonne crève dès le début du voyage (et je l’ai toujours !)
– j’ai perdu ma carte bleue au bas du Salto Angel, la plus haute cascade du monde. Certes c’est plus classe que de se la faire barboter dans la ligne 13 mais le résultat est le même (voire plus compliqué, vu que Visa n’a pas de bureau sous chaque cocotier, quel scandale !)
– Danielle a découvert que son appareil photo n’était pas amphibie.
– dernier détail piquant, les moustiques. Sans commentaires.
Pour reprendre les choses dans l’ordre, la visite a commencé par Ciudad Bolivar, où nous sommes arrivés dans l’après-midi. Pas mal d’animation, salsa & merengue à fond à tous les coins de rue, très bel hôtel, ça commençait bien. C’était sans compter le couvre-feu. Passé 20h, la seule “animation” qui reste, c’est le stand de hot dog…
Ensuite, nous sommes partis pour une excursion de 3 jours à Canaima, pour voir le Salto Angel. Cher et très en dessous de nos attentes, tant au niveau de l’hébergement (un campement minable) que du transport (bon ok, une petite balade en pirogue à travers la jungle vénézuelienne, c’est magique, mais quand après 2 ou 3h tu te retrouves trempé et le cul en compote, bizarrement t’apprécies moins !)
Etape suivante, Santa Fe, un bled paumé où nous sommes arrivés en pleine nuit, le ventre vide et sans point de chute. Nous n’avons dû notre salut qu’à un hôtelier assez téméraire pour nous ouvrir et nous proposer une chambre. Au diner, re hot dog.
Santa Fe, c’est la plage juste devant l’hotel, ça c’est sympa ! A part ça… Bah rien, tout est fermé.
Après quelques journées relativement gâchées par ces menus désagréments (on va pas trop se plaindre non plus, ça reste des vacances au soleil) nous avons finalement trouvé notre petit coin de paradis à Rio Caribe, dans un bel hôtel avec piscine à 100 mètres de la plage, tenu par 2 frangins très sympas. Au programme, virée en bateau sur une plage de rêve comme dans les films, avec cocotiers, sable fin, et PERSONNE !
Pour finir, visite d’une chocolaterie – Johnny Depp n’était pas là, la visite était menée par Greta et Luciano (à croquer tous les deux, forcément, on est dans une chocolaterie ah ah ah !)